mousse

  • Mousse, Bryophyta

    Imprimer

    L'embranchement des bryophyta ne concerne que les mousses au sens strict, tandis que le terme bryophyte pris au sens large s'applique aux trois embranchements de plantes terrestres qui ne possèdent pas de vrai système vasculaire (Hepaticophyta, Anthocerotophyta et Bryophyta).

    MOUSSE 1


    Dépourvues de racines et de lignine, leurs rhizoïdes permettent l'ancrage au substrat et, pour certaines espèces, une vie épiphyte. Elles sont dépourvues de tissus conducteurs comparables à ceux des plantes à graines  : leur appareil végétatif ne contient ni xylème, ni phloème.

    MOUSSE 2

    Organisation

    La structure est simple, peu d'organes sont clairement différenciés, on parle d'une structure « thalloïde » ; les feuilles sont simples (une à trois couches de cellules) et sans stomate, la tige ne possède pas de tissus conducteurs comparables à ceux des plantes à graines (Spermatophytes) ni même des fougères, et il n'y a pas de racines, simplement des rhizoïdes servant au support de la plante.

    Les bryophyta se développent par division d'une seule cellule à l'extrémité de chaque organe végétatif ou reproducteur.

    MOUSSE 3

    Reproduction

    Asexuée : Fragmentation mécanique puis dispersion des amas de cellules ;

    Sexuée : Alternance de générations avec dominance de la phase gamétophytique. Leurs organes reproducteurs sont des archégones et des anthéridies. Le sporophyte vit fixé sur le gamétophyte en parasite total ou partiel.

     

    Mode de vie

    Leurs habitats sont des endroits humides comme le sous-bois, l'écorce ou pour certaines espèces les rochers, les toits etc. En effet grâce au phénomène de reviviscence ces espèces peuvent survivre à l'état deshydraté. Ce sont également des indicateurs de pollution.

    MOUSSES

    Mousses et environnement

    Les bryophytes, dont les mousses se nourrissent essentiellement à partir des nutriments apportés par les invertébrés (excréments, mucus), ou par la pluie, l'eau capillaire et interstitielle et à partir des apports aériens de gaz et particules nutritives.
    Ce faisant, les mousses jouent un rôle important dans l'épuration de l'air. Pour les mêmes raisons, elles accumulent certains polluants résilients ou non
    biodégradables (métaux lourds et radionucléides notamment). Certaines mousses sont des organismes pionniers qui avec les algues, les lichens et des bactéries contribuent à fixer, protéger ou créer les sols. Elles sont à ce titre très importantes dans plusieurs processus de résilience écologique, après les incendies notamment.

    Les espèces les plus sensibles à l'air déshydraté, aux polluants oxydants et aux pesticides véhiculés par l'air et les pesticides ont parfois disparu d'une partie importante de leur aire biogéographique naturelle, en perdant de la diversité génétique. La plupart des espèces de mousses sont comme les algues, très sensibles au cuivre qui les tue dès les faibles doses.

    Certaines espèces pourraient être considérés comme des bioindicateurs, en matière de qualité thermohygrométrique de l'air notamment. De par leur résistance naturelle à de nombreux polluants les mousses ne sont pas de bons bioindicateurs de pollution, mais comme bio-accumulateurs, elles peuvent permettent de cartographier des retombées de pollution. On les a par exemple utilisé pour cartographier des pollutions par le plomb, le cadmium, l'arsenic et d'autres métaux lourds en Europe. (|Exemple : carte des retombées atmosphériques d'arsenic en France, vers 2000/2005). Dans certaines forêts de régions polluées, les mousses réputés les plus résistantes ont aussi disparu.

  • Polytric élégant - Polytrichum formosum

    Imprimer

    Je voudrais vous présenter une mousse que je trouve assez superbe: le polytric élégant: il porte d'ailleurs bien son nom!  Ses feuilles sont étroites, vert foncé luisant. Sa famille? les Polytrichacées.

    Elle forme  des tapis lâches, de teinte vert bleuté.

     

    Pour la petite anecdote: une nouvelle méthode de localisation de l'origine de la pollution par le mercure dans les réseaux d'assainissement a été mise au point: elle utilise le polytric élégant, la plus efficace des quatre bryophytes testées (Bryum argenté, Polytric élégant, Leucobryum glauque, Anthocéros commun).

     

    polytrichum formusum (1)

     

     crédit photographique: Mélodye

    Culture:

    - sur sol sec, légèrement acide ou de résineux ( on la retrouve aussi dans quelques forêts de feuillus

    - port: tiges dressées et feuilles disposées en spirales. 

    - reproduction: spores brunes, parvenant à maturité entre mars et août.