• Salsifis des près

    Imprimer
     
     Salsifis des près :
    000_1103
     
     
     
     
     

    NOMS COMMUNS :
    Barbe de bouc, Salsifis sauvage, Salsifis bâtard, Barbouzet

    CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
    Des glucides, des protéines, des graisses, des substances amères, des mucilages

    PARTIES UTILISÉES :
    Les racines et les feuilles


    DESCRIPTION :

    Le salsifis des prés est une plante herbacée bisannuelle, pouvant mesurer jusqu'à 60 cm de hauteur, dénuée de pubescence. La tige, dressée et généralement simple, est plus rarement rameuse. Les feuilles, étroites et lancéolées, sont disposées le long de la tige qui est gainée par la base élargie des feuilles elles-mêmes. En outre, elles sont longues, pointues et entières. Les fleurs sont réunies en inflorescences en capitule, de couleur jaune. Elles sont le plus souvent solitaires. Les fruits, allongés, ont une forme qui évoque un bec et ils se terminent par une touffe duveteuse.

    CULTURE ET RÉCOLTE :

    Répandu dans le sud-est de l'Europe, elle est commune dans les prés humides, gras, et dans les pâturages alpins; elle peut se rencontrer jusqu'à 2 000 mètres d'altitude. Les feuilles se récoltent durant la floraison, les racines au printemps ou en automne.

    PROPRIÉTÉS :

    - Dépurative
    - Diurétique
    - Sudorifère
    INDICATIONS :

    - Dépuratif de l'organisme
    - Douleurs rhumatismales
    - Verrues
    - Goutte


    UN PEU D'HISTOIRE :

    Il était sans doute connu des Anciens puisqu'une représentation de sa racine figure sur une fresque de Pompéi; et ce sont les Italiens qui, les premiers, utilisèrent sa racine brun clair comme plante alimentaire; parce qu'ils le trouvaient dans les terrains rocailleux, ils le baptisèrent du nom de Sassefrica, celle qui frotte les pierres.


     

    ATTENTION :

    Ne pas consommer les graines !

  • Alkékenge

    Imprimer

                Alkékenge     
             ( Nicandra physaloides,       Physalis peruviana )  
    ( Solanacées)

    Synonyme(s) : Amour en cage, Cage d'amour, Coqueret du Pérou, Pommier d'amour, Physalis

    Origine du nom français : le nom vient du persan kakunadj.
    La plante est originaire du Pérou (Amérique Centrale) d'où son nom de Coqueret du Pérou.

    Cycle de vie : vivace.

    Habitat : spontanée parmi les haies, le long des fossés, parmi les décombres et, en général, dans les lieux frais et humides de la plaine à l'étage submontagnard.

    Tige : tige dressée simple ou ramifiée, anguleuse légèrement velue.

    Reproduction : le fruit est une baie rouge ou orange enfermée dans un calice qui s'est développé en vessie légère et côtelée, d'où le nom "d'amour en cage". La saveur est acidulée.

    Commentaires : les Physalis se sèment en mars. Leur culture est en tout point identique à celle des tomates. La température idéale pour le semis et de 20 degrés. La plantation intervient en mai-juin et la floraison apparaît à partir de fin juin.
    Observée dès le 18ème siècle, la plante est introduite dans les jardins botaniques au 19ème siècle.

    Utilisations officinales : la plante contient des substances astringentes, diurétiques, anti uriques, fébrifuges
    Le physalis est plus riche en vitamine C que l'orange, on constate aussi que plus le fruit est mûr, plus forte est la concentration en béta carotène.

    Utilisations culinaires : les physalis sont très utilisés en pâtisserie : gâteaux, tartes ou clafoutis mais aussi gelées et confitures les valorisent au mieux.
    Il est habituellement cuit, mais il peut aussi se manger cru. En renversant l'enveloppe sur la
    tige, on peut tremper le fruit entièrement ou à demi dans du caramel ou du chocolat fondu de manière à obtenir une friandise délicieuse.
    On le consomme tel quel ou dans les salades de
    fruits et les salades composées. Très riche en pectine, on le cuisine en confiture ou en gelée. Il se conserve au plus 2 jours au réfrigérateur, recouvert d'un linge.

    Utilisations autres : les physalis peuvent être utilisés en bouquets secs ou pour décorer une table.

    alékenge

  • Lotier corniculé

    Imprimer

    Le Lotier corniculé (Lotus corniculatus L.) est une plante herbacée vivace de la famille des Fabaceae couramment cultivée comme plante fourragère.

    Autres noms,

    Trèfle cornu, Corne du diable, Pied de poule, Cornette, Sabot de la mariée

    lotier 2

    Origine du nom

    Lotier vient de lotos, un mot qui désignait plusieurs plantes chez les Anciens Grecs, dont le lotier corniculé. Corniculé vient de cornu qui signifiait corne, une allusion aux fruits de la plante qui ressemblent à de petites cornes

     lotier 1

    Description

    C'est une plante basse, plutôt couchée, aux feuilles à 5 folioles, ovales, les basales ressemblant à des stipules.

    Les fleurs jaunes ou jaune-orangé sont en petites têtes.

     lotier 3

    Caractéristiques

    Organes reproducteurs

    Graine

    Habitat et répartition

    • habitat type : pelouses basophiles médioeuropéennes occidentales, mésohydriques
    • aire de répartition : originaire d'Eurasie méridionale ; en Amérique du Nord, elle s'est échappée des cultures et colonise maintenant les lieux ouverts

     

    Utilisation économique

    C'est une plante fourragère cultivée qui entre dans la composition des mélanges de semences pour prairies mixtes graminées-légumineuses.

     lotier

    Utilisation médicale

    Autrefois, on utilisait le lotier corniculé comme calmant ou somnifère. La posologie était de 1 c. à thé de fleurs séchées par tasse, 3 tasses par jour. Aujourd'hui, nous savons que la substance active est l'acide cyanhydrique, toxique pour l'homme et même mortelle à dose assez faible (15 tasses d'infusion par jour). La dose thérapeutique utilisée autrefois pouvait être mortelle lorsque prise durant une longue période.

  • Chénopode blanc

    Imprimer

    Le Chénopode blanc (chenopodium album) Chénopodiacées

    Synonyme(s) : Ansérine, Poule grasse, Patte d'oie

    Altitude : dépasse 1500 m.

    Taille : de 0,40 à 1,50 m.

    Floraison : de juin à octobre.

    Cycle de vie : annuelle.

    Toxicité : comestible.

    Habitat : champs (surtout betteraves), jardins, terrains vagues, décombre, bord des routes.

    Feuilles : feuilles dentées couvertes de pruine blanche, tout comme l'inflorescence (aspect     farineux).

    Tige : anguleuse.

    Utilisations culinaires : elle était autrefois consommée comme légume, ses jeunes feuilles

    étant préparées à la manière des épinards.

    chenopode

  • Cabaret des oiseaux en fleur

    Imprimer

    La cardère sauvage ou, cabaret des oiseaux commence à fleurir au jardin

    cabaret des oiseaux 1

    Voir post :

    http://plantes-sauvages.skynetblogs.be/post/6023779