Chénopode

Imprimer

Voici une Chénopode.


000_1098

Chénopode blanc
Ansérine
Chou gras
Nom latin
Chenopodium album L.
Famille
Chénopodiacées  

Description
Plante annuelle très variable, plutôt grande (1m), à tiges érigées, vert foncé, farineuses et souvent teintées de rouge.
Feuilles très variables, losangées à lancéolées, pointues, dentées et farineuses sur le revers, plus ou moins en forme de "patte d'oie".
Fleurs en épi ou panicule feuillus.
Racine principale assez robuste.

Origine/Habitat
Partout, sauf au Spitzberg, "Mauvaise herbe" très fréquente des sols cultivés. Affectionne les sols riches, fertiles et non calcaires.

Histoire
Le genre des "Chénopodes" est constitué de près de 25 espèces dont un grand nombre connaissait autrefois une utilisation culinaire.
Le Chénopode blanc, a autrefois été cultivé par les Romains.
Les indiens d'Amérique du Nord fabriquaient du "Pinole" (bouillie de graines) à l'aide entre autres des graines de divers Chénopodiacées écrasées et cuites à l'eau.
Au Québec, cette plante est également nommée "chou-gras" et est à l'origine de l'expression "jeter ses choux-gras", qui signifie jeter des choses qui sont encore bonnes... (Merci à Mme Louise Chevrefils pour toutes ses informations).

Comestibilité/toxicité et usages alimentaires
Les jeunes feuilles font de bonnes salades.
Plus agées, elles forment ainsi que les sommités encore tendres, un excellent légume cuit que l'on peut préparer comme les épinards (et de mon avis bien meilleur que ces derniers !).
Les graines sont comestibles une fois cuites (pour en éliminer les Saponines).
Il est très riche en protéines complètes, vitamine A, C et calcium. Il contient aussi de la vitamine B, du phosphore et du fer.

Attention toutefois : A la cuisson, la plante fabrique des oxalates qui sont irritants. Il faut donc éviter d'en consommer avec excès.
Les malades rénaux, hépatiques, arthritiques ou lithiasiques devront s'en méfier.

A noter que les épinards possèdent exactement les mêmes inconvénients.

Recette(s)

Gratin au chénopode

Autres usages
Tiges et racines soigneraient la bronchite dans la médecine populaire.

Commentaires

  • J'en ai photographiées au jardin, mais je ne connaissais pas son nom, et pourtant, il y a très longtemps qu'elles partagent les parterres
    belle journée à toi
    bisous

Les commentaires sont fermés.